Le métier d’auxiliaire de puériculture

Voulez vous devenir accompagnant éducatif et social ?

Formez vous rapidement et toute l'année à ce métier (anciennement auxiliaire de vie)

auxiliaire de vie scolaire

Le métier d’auxiliaire de vie social se ramifie en plusieurs branches qualifiées de métiers d’aide à la personne. Ces métiers nobles et humains attirent de nombreux chercheurs d’emploi, car ils sont avant tout basés sur la capacité d’écoute, la compréhension de la psychologie humaine et l’aptitude à assister. Ces critères sont en effet des qualités que nous pouvons tous avoir à force de rester à l‘écoute de la société, mais elles peuvent être encore renforcées au cours des formations spécialisées pour ceux qui désirent exercer le travail d’auxiliaire de vie social.

L’auxiliaire de puériculture est une branche du métier d’auxiliaire de vie social. Axés sur l’assistance des tout-petits et des enfants en bas âge, les postes dédiés à ce métier connaissent un nombre accru de candidatures féminines. Selon les statistiques, parmi tous les auxiliaires de puéricultures recensés en France, on ne retrouve qu’un pour cent d’hommes. Il faut préciser cependant que ce métier n’est pas seulement dédié aux femmes, car il demande surtout des savoir-faire techniques et une capacité au travail ; juger ce métier selon le genre est donc inutile.

Hommes ou femmes, tous ceux qui aspirent à devenir auxiliaires de puériculture sont libres de suivre les formations dédiées à cet effet pour avoir un titre professionnel. Il faut rappeler que le certificat reçu d’une formation en auxiliaire de vie est toujours nécessaire surtout si l’on désire travailler à son propre compte.

Comment devenir auxiliaire de puériculture ?

Comment devenir auxiliaire de puériculturePour devenir auxiliaire de puériculture, il faut passer un concours auprès d’une école agréée sous tutelle du Ministère de la Santé et contrôlée par la DRJSCS. Si le concours est passé, il faudra suivre une formation auprès de l’école au sein de laquelle l’admissibilité a été faite. Le concours en question est composé de trois épreuves. Il y a aura deux épreuves écrites qui testeront les connaissances en culture générale du candidat ainsi que ses aptitudes psychotechniques, et une épreuve orale dite épreuve d’admission durant laquelle le candidat aura à répondre à des questions qui touchent le métier.

Pour pouvoir concourir, il faut avoir 17 ans au minimum. Il n’est pas nécessaire de joindre un diplôme aux dossiers du concours. Cependant, ceux qui ont un bac pro dans le domaine de la santé ou de l’accompagnement à la personne ainsi que ceux qui ont diplôme de niveau V, donc un CAP, se rapportant aux métiers de l’auxiliaire de vie n’ont plus à passer l’épreuve d’admissibilité. Ces candidats-là n’auront donc pas à passer les épreuves écrites et passeront tout de suite par les épreuves orales.

Après le concours le futur auxiliaire de puéricultrice aura à suivre 12 mois de formation comprenant 24 semaines de stage et 8 modules de cours théoriques. Cette formation vise à délivrer un Diplôme d’État d’Auxiliaire de Puériculture dit DEAP.

Quelles sont les attributions d’un auxiliaire de puériculture ?

Quelles sont les attributions d’un auxiliaire de puéricultureAu cours de sa formation, l’élève auxiliaire de puériculture aura à apprendre les différentes attributions que lui réserve ce travail. Généralement, le métier d’auxiliaire de puériculture consiste à prodiguer des soins aux tout-petits et aux enfants de bas âge. Si l’auxiliaire de puériculture travaille au sein d’un centre hospitalier, d’une clinique ou d’une maternité, il ou elle aura à assister le pédiatre dans les premiers soins à donner aux nouveaux nés ; la pesée, la toilette, etc. L’auxiliaire de puériculture aura également à assurer le confort de l’enfant et le changera, préparera son biberon, s’occupera de sa chambre et des équipements destinés à ses soins.

Le travail d’auxiliaire de puériculture peut également être exercé dans les centres de protection maternelle et infantile. Dans ce cas, l’auxiliaire assurera reçoit les enfants et les pèse, les mesure et reporte les résultats au pédiatre. L’auxiliaire aura également à suivre, à mettre à jour et à arranger les dossiers des petits patients. Si l’auxiliaire travaille dans une crèche ou dans une garderie, il ou elle aura à surveiller les enfants, à assurer leurs repas, leur hygiène, leur apprentissage des divers jeux destinés au développement psychomoteur des enfants. Pour pouvoir exercer ce métier selon les règles, l’auxiliaire de puériculture doit alors avoir une grande patience par rapport aux enfants ; à leurs cris et pleurs.

Exercer le métier à domicile

Exercer le métier à domicilePour ceux qui préfèrent travailler à leur propre compte, l’option de l’exercice à domicile de son client est possible. Mais pour que cela puisse se faire, il faut bien évidemment disposer de son diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture. Les clients qui nécessitent l’aide d’un auxiliaire à domicile sont assez exigeants à ce propos, car ici il s’agit de prendre soin de nouveaux nés et d’enfants en bas âge.

Une fois que l’auxiliaire justifie ses compétences avec son diplôme, il ou elle peut assurer ses prestations à domicile. Les horaires de travail seront fixés entre les parents de l’enfant et l’auxiliaire, mais en général, les horaires ne dépassent pas les 7 heures par jour. Le salaire est également discuté entre les deux parties, mais il faut rappeler que cette rémunération ne doit pas aller en dessous du SMIC.

En travaillant à domicile, l’auxiliaire de puériculture assiste la maman dans ses tâches de mère ; il ou elle donne des conseils à la mère sur les questions d’hygiène, d’alimentation et de santé de l’enfant. L’auxiliaire surveille l’enfant, s’occupe de sa chambre et des équipements sanitaires de l’enfant. L’auxiliaire doit également suivre la mère et l’enfant lors des visites chez le pédiatre.

Exprimez vous!

*