Dans quels cas peut-on faire appel à un accompagnant social ?

Voulez vous devenir accompagnant éducatif et social ?

Formez vous rapidement et toute l'année à ce métier (anciennement auxiliaire de vie)

auxiliaire de vie scolaire

accompagnant socialÊtre accompagnant social c’est aider les personnes en situation physique ou mentale délicate à retrouver une vie sociale plus stable. Se former pour devenir auxiliaire de vie signifie donc s’apprêter à donner de soi pour aider l’autre à mieux vivre.

Mais dans quels cas peut-on faire appel à un accompagnant social ? La question se pose souvent comme les règles qui régissent l’entrée dans le métier sont assez rigoureuses malgré tout. Toutefois, ce sont surtout les personnes dans le besoin qui se posent la question.

Alors, quand exactement serait-il possible de faire appel à un accompagnant ou un auxiliaire de vie sociale ?

Généralités

Techniquement, toutes les personnes qui souffrent d’un handicap les empêchant d’avoir une vie sociale normale ont le droit de demander une aide à la personne.

Il sera donc du droit, mais surtout du devoir de la famille de ces personnes désavantagées de contacter les autorités compétentes pour cela. Pour mieux accompagner une personne âgée par exemple, l’assistance d’un accompagnant est nécessaire.

Il faut également savoir que les personnes qui choisissent d’habiter en logement autonome ainsi que celles qui sont orientées par le CDAPH ou le MDPH ont un droit non discutable sur la question. Pour bénéficier de cette orientation, il faudra envoyer une demande aux organismes concernés.

Il est cependant possible de trouver un accompagnant en s’adressant directement aux associations d’aide à domicile, aux centres communaux d’action sociale, ou aux structures d’accueil pour personnes handicapées.

Accompagnement des personnes handicapées

accompagnement des personnes handicapéesLes familles des personnes mentalement et/ou physiquement en situation de handicap ont le droit de prétendre aux services d’un accompagnant social. À cause des charges et tâches quotidiennes qu’elles doivent assumer en effet, les familles sont conviées à faire appel aux services d’un accompagnant social. Ayant acquis les formations nécessaires à l’emploi, ce dernier restera la meilleure option d’avancement aux principaux concernés.

L’accompagnant aidera la personne en situation d’handicap à s’intégrer de nouveau en société. Il permettra aussi à la famille d’avoir plus d’assurance quant aux soins et à l’assistance prodigués à leur proche.

Cependant, si le degré du handicap n’affecte pas réellement la motricité et les facultés mentales de la personne, la demande à l’accompagnement sera inutile. Si la famille en estime le contraire, elle doit demander une évaluation auprès du CDAPH ou du MDPH avant de prendre un accompagnant social pour la personne atteinte de handicaps.

Assistance aux personnes en convalescence

Les personnes convalescentes qui souffrent d’une réduction de la mobilité sont en droit de demander l’aide d’un accompagnant. Qu’elles soient encadrées en centre hospitalier ou en institut médicalisé, il est de leur droit de demander l’aide d’un accompagnant social.

Dans ce cas de figure, l’accompagnant aidera la personne convalescente dans l’exécution des tâches vitales. Il devrait également porter assistance à la personne vis-à-vis de son futur insertion dans un cadre social ordinaire.

Les familles peuvent lancer une demande pour avoir un accompagnant social. Il est également possible de s’adresser au salarié voulu via annonce publique. Dans les deux cas, le but restera de trouver le meilleur accompagnant qui pourra aider la personne convalescente à retrouver sa vie sociale.

Aide aux séniors

aide aux séniorsLes séniors placés en maison de retraite, qui vivent seuls, ou qui sont hébergés par leur proche ou famille peuvent également faire appel à un accompagnant social. Toutefois, dans la majorité des cas, les personnes âgées placées en maison de retraite jouissent toujours de l’aide automatique d’un accompagnant.

Dans le cas d’un sénior qui vit seul, le mieux serait de faire une demande pour un accompagnant social permanent à domicile. La permanence est toutefois relative. En effet, il est possible de demander à l’accompagnant de rester auprès de la personne âgée 8 h ou 10 h par jour sauf week-end et jour férié. Il est également possible de le rémunérer pour qu’il vive réellement avec le sénior. Bien entendu, l’accompagnant doit dans ce cas bénéficier de ses droits de congés.

Pour les séniors qui vivent en milieu médicalisé, l’envoi d’une personne dans le corps du métier de l’accompagnement peut se faire d’une manière systématique. Cependant, les réels besoins du sénior sont toujours évalués avant la prise de décision.

Assistance aux personnes en fin de vie

L’auxiliaire de vie peut beaucoup apporter aux personnes en soins palliatifs. C’est pour cela qu’il est conseillé de faire appel à leurs expertises dans l’accompagnement des personnes en fin de vie. Une personne qui souffre d’une maladie dégénérescente avancée ou patient très âgé peuvent donc bénéficier de l’aide d’un accompagnant social.

Les accompagnants sociaux qui s’occupent de ces cas, offrent de leur personne pour aider les patients à garder une bonne qualité de vie. Ils peuvent également être sollicités pour rendre l’idée de la mort moins pénible aux personnes qu’ils accompagnent.

Si vous ne le savez pas encore, sachez qu’il est aussi possible d’organiser ses funérailles avec l’aide d’un auxiliaire de vie

Exprimez vous!

*